Abécédaire des artistes

ART CONTEMPORAIN > ABÉCÉDAIRE DES ARTISTES

Tous A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
KANTOROWICZ Serge
> 1942, Paris
Sa jeunesse est marquée par la guerre et la déportation de sa famille qui lui laisse une marque béante et explique sa dramaturgie. Après des études au lycée Saint Etienne des Arts Graphiques de 1958 à 1961, il est élève libre à l’École des Beaux-Arts de Bruxelles en 1962. Peintre, sculpteur, maître de l’estampe, il se consacre entièrement à son œuvre à partir de 1973. Auparavant, il a longtemps travaillé en tant que graveur, principalement dans les ateliers de Maeght, pour de nombreux artistes, parmi lesquels Miró, Tápies, Ubac, Zao Wou-Ki, Michaux, Riopelle ou Juan Mitchell.
Galerie Guigon
KHELIF Kamel
> 1959, Alger (Algérie)
Sa famille part s’installer en 1964 à Marseille. Ils s’installent dans le bidonville de Sainte-Marthe. Après des études dans un lycée d’enseignement professionnel, il devient animateur socioculturel dans les quartiers nord de la ville. En parallèle à son métier, autodidacte depuis l’enfance, il réalise des illustrations pour différents journaux et revues donnant la parole aux jeunes des banlieues. Depuis 1991, il se consacre entièrement au dessin et participe à diverses manifestations artistiques.
KORICHI Youcef
> 1974, Constantine (Algérie)
Il fait partie de cette génération formée par des aînés qui ont repensé les bases théoriques de la peinture dans les années 1980. Il suit une formation artistique sur plusieurs fronts : aux Beaux-Arts dans l’atelier de Jean-Michel Alberola et à l’Université où il apprend l’histoire de l’art pour mettre sa pratique en perspective. Homme discret, rétif aux anecdotes personnelles, Il communique par son travail, aussi bien des dessins que de la peinture.
Galerie Eva Hober
KREMER Alfred
> 1895, Regensburg - 1965, Weilheim (Allemagne)
Après avoir été soldat pendant la Première Guerre mondiale, Alfred Kremer étudie la peinture à l’école des Beaux-Arts de Munich avec Robert Engels et Willi Geiger. Sa première phase créative montre principalement des huiles sur toile. Il travaille ensuite en tant qu’enseignement à l’Université allemande de l'éducation physique (DHFL). De 1930 à 1940, il est reporter en chef de la station bavaroise Munich Sports puis devient journaliste aux Jeux Olympiques d’hiver de 1936 à Garmisch-Partenkirchen. Mobilisé à nouveau au service militaire durant la Seconde Guerre mondiale, il travaille ensuite comme artiste indépendant à M Weilheim. De 1949 à 1961, il est membre de l’Association des artistes de Munich. Il effectue différents séjours à Venise, à Paris, etc. toujours en contact avec le monde de l’art. Au cours de ses trois dernières années, immobilisé sur un lit de malade, Alfred Kremer se voit contraint de travailler en petit format et utilise seulement le noir et blanc.