Abécédaire des artistes

ART CONTEMPORAIN > ABÉCÉDAIRE DES ARTISTES

Tous A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
PASTOR Gilbert
> 1932, Marseille (France)
Il naît dans un quartier populaire où il vit jusqu'en 1970. Puis il s'installe définitivement en Haute-Provence à Aups. En 1948, il rencontre Boris Bojnev, peintre et poète russe, dont l'influence se fait ressentir. En 1975, Gilbert Pastor fait la connaissance du marchand de tableaux lyonnais Paul Gauzit qui présentera régulièrement son travail à partir de cette date dans sa galerie Le Lutrin à Lyon. Il exposera entre autre à la galerie Béatrice Soulié en 2000.
Office de tourisme d'Aups
PENCRÉAC'H Stéphane
> 1970, Paris (France)
Après des études d'Histoire, il ne rentre pas aux Beaux-Arts mais commence à peindre (1992-1993) et à organiser des manifestations autour de ses oeuvres ; c'est ainsi que naissent une série d'expositions collectives durant l'année 1996, avec notamment Corpet, Hybert, Gouéry, Dezeuze. Remarqué par la critique, il poursuit son parcours pictural avec, en 1997, l'exposition "Je t'aime". En 1999, une deuxième série d'expositions intitulées "Action directe" fait à nouveau parler de lui. En 2000, il participe à "Big Crunch", organisée par Richard Leydier et réalise son premier plafond. Il récidive au Manoir de Cologny à Genève avec "Zéro / Zéro". "Le paradis est un endroit où il ne se passe jamais rien" est sa première exposition personnelle à Paris (juin 2000). En 2001, il monte le projet "Arabitude" avec le soutien de Francis Hybert. Cette vaste exposition rencontre un grand succès et le propulse réellement sur la scène artistique française.
(Cité dans La collection égotique, 2010, Lienart éditions et les éditions de l'abbaye d'Auberive)
Page facebook officielle de l'artiste
PETIT Marc
> 1961, Saint-Céré (France)
C'est à Cahors où il passe son enfance, qu'il réalise ses premières sculptures dès l'âge de 14 ans. Il y côtoie deux sculpteurs, anciens élèves des beaux arts de Paris, qui corrigent régulièrement son travail : René Fournier lui apprend les bases du modelage et lui transmet l'enseignement de Marcel Gimond - Jean Lorquin, premier grand prix de Rome 1949, lui apporte sa vision, ses connaissances mais aussi une vraie réflexion sur la sculpture. A 24 ans il présente sa première exposition personnelle à Villeneuve sur Lot. En 1989, Il est lauréat de la fondation de France puis en 1993 lauréat de la fondation Charles Oulmont. La même année est organisée une exposition de ses œuvres au musée Jean Jaures de Castres. Depuis, son travail est régulièrement présenté en Europe dans des foires d'art et en galeries. En 2005, on peut voir près de 150 de ses oeuvres au Lazaret Ollandini à Ajaccio. En 2006, la ville de Cahors et le conseil général du Lot lui consacre une double exposition, au musée de Cahors Henri Martin et au musée Rignault de Saint-Cirq-Lapopie. Le 18 octobre 2008 s'est ouvert à Ajaccio le Musée Marc Petit au Lazaret Ollandini.
(Cité dans La collection égotique, Lienart éditions et les éditions de l'abbaye d'Auberive)
Site officiel
PIGNON-ERNEST Ernest
> 1942, Nice (France)
À partir de 1957, il travaille dans un cabinet d’architecte et développe ainsi sa pratique du dessin. Mais en 1961-1962, il est envoyé en Algérie pour faire une guerre qu’il considère comme « l’évènement le plus marquant de sa vie ». À cette période, il se met à dessiner avec du brou de noix. Depuis son retour, il travaille sur des sujets à messages politiques comme La Commune, l’avortement, les immigrés, l’expulsion, la lutte contre l’apartheid, la lutte contre le Sida, le rôle des femmes en Afrique, les prisons, etc.
Site officiel
PONS Louis
> 1927, Marseille (France)
Durant sa jeunesse, il apprend le métier d'ajusteur qu'il n'exercera finalement jamais. Il accumule les petits métiers, dont celui de dessinateur de presse jusqu'à l'âge de 21 ans, où il se voit contraint de passer un et demi dans un sanatorium. Malade, il vit et se repose dans de nombreux villages de Haute-Provence. Il découvre alors les dessins de Louis Soutter qui lui insuffle l'envie de dessiner. Il réalise ses premiers dessins à l'encre de Chine. Ses premiers assemblages, eux, datent de 1959. Présentés en 1962 à la galerie Alphonse Chave, ils deviendront son moyen d'expression privilégiés. En 1966 seront publiés ses premiers aphorismes. Il s'installe à Paris en 1973, et expose à la galerie Claude Bernard à partir de 1984.
(Cité dans La collection égotique, 2010, Lienart éditions et les éditions de l'abbaye d'Auberive)
Galerie Claude Bernard
POUGET Marcel
> 1923 - 1985, Oran (Algérie)
Expressionniste abstrait à ses débuts, Marcel Pouget participe à la fondation du mouvement de la « Nouvelle Figuration » (oscillant aux frontières du vu et du non-vu) dès la fin des années 1950. Entre symbolisme et expressionnisme, sa peinture est issue d'hallucinations qu'en tant que « psycho-peintre » (terme un peu barbare pour désigner son exploration de l’humain, entre conscient et inconscient, réalité et rêve ou fantasme), il « s'autosuggère ». Il crée ainsi une trans-réalité où l’onirisme croise le politique et la métaphysique. Magicien de la couleur, qu’il manie en véritable poète (sans doute influencé par ces couleurs si particulières qui baignent l'Afrique du Nord), Marcel Pouget a été toute sa vie un explorateur, cherchant à susciter, dans le miroir déformant de sa peinture, la perception d’un autre monde. Cette science de la couleur, cette “possession”, anime toute l’œuvre de Marcel Pouget, avec, en plus, ce don de percevoir l’âme, ce mouvement imperceptible, vibratile, qui anime l’être, et est son essence.
(Cité dans Instinct'art, 2012, éditions de l'abbaye d'Auberive)
Galerie Guigon
POUPPEVILLE Denis
> 1947, Le Havre (France)
Après des études aux Beaux-Arts, il expose ses œuvres de peintre, dessinateur et graveur en Allemagne, Suisse et France. Il a illustré de nombreux ouvrages tels que celui de Louis Calaferte ou celui de Michel de Ghelderode.
Galerie Béatrice Soulié
PRUVOST Bernard
> 1952
À ne pas y prendre garde, on classerait le travail de Pruvost dans la catégorie brut/singulier. Or Pruvost est tout sauf un autodidacte ou un fou. À 64 ans, il a passé l'essentiel de son temps à se cultiver dans trois spécialités qui semblent n'en former qu'une pour lui : littérature, musique et art graphique. Non seulement il acquiert des connaissances mais il crée dans les trois disciplines. Écrivain, compositeur de musique contemporaine libertaire, peintre-dessinateur, assistant chorégraphe et metteur en scène, dialoguiste, Pruvost cherche, cherche, cherche encore et toujours. Ses voyages en Afrique de l’ouest le conduisent à collectionner l’art local et finiront d’influencer son travail pictural et d’assemblage.
(Extrait, Esprit singulier, 2016, texte de Jean-Claude Volot, Flammarion éditions et les éditions de l'abbaye d'Auberive)